mercredi 24 mai 2017
Réduire la taille du texte Aggrandir la taille du texte

Présentation des 7 micro-régions de Haute-Corse

Entre mer et montagne, une terre d'accueil et d'évasion.

Avec ses plages ensoleillées, ses montagnes majestueuses accueillant lacs et forêts, ses rivières et ses étangs, la Haute-Corse invite le visiteur à la baignade, aux sports nautiques et d'eaux vives, aux randonnées ainsi qu'à la découverte de ses paysages, de ses traditions et de son patrimoine culturel aussi riches que variés.

Nous vous proposons de découvrir la Haute-Corse à travers la présentation des 7 micro-régions qui la composent.

 

LA BALAGNE

 

La Balagne émerveille le visiteur par sa lumière presque mystique, ses villes du bord de mer, ses villages perchés et ses champs d'oliviers.
Assis à la terrasse d'un café sur le port de Calvi, au pied de la citadelle génoise, on est ébloui par les neiges éternelles des plus hautes montagnes corses, tandis qu'à Ile-Rousse, sa voisine, construite à l'initiative de Pascal Paoli, on peut flâner sur une plage de sable fin, au coeur même de la ville. La route qui les relie égrène en un chapelet de marines et de criques paradisiaques : Algajola, Lumio, Sant'Ambroggio, sous l'oeil distant d'Aregno blotti sur sa colline.
Pour découvrir le littoral balanin, vous pouvez emprunter le " chemin de fer " qui côtoie les plages de l'Ile-Rousse à Calvi.
L'arrière pays est superbe, avec le murmure des cigales qui répond aux chants des bergers. Les habitats typiques sur des promontoires, les vignobles, les jardins aux murs de pierres sèches, les vieux couvents et les petites chapelles dessinent un univers à part.

 

 

LE CAP CORSE

 

A partir de Bastia et de Saint-Florent, le Cap Corse pointe son doigt vers le continent. Par la mer qui monte à l'assaut de ses rivages venait autrefois le danger des razzias sarrasines. 91 sentinelles de pierre surmontées par une plate forme d'observation érigées par les génois sont les témoins muets de ces temps.
Aujourd'hui, la route " de la Corniche " entretient un dialogue continu avec la mer qui promène les visiteurs de magnifiques marines à des criques de dentelles.
Les beautés des différents paysages se succèdent de Lavasina à Nonza en passant par Erbalunga la pittoresque, Macinaggio et son port de plaisance, Centuri, Pino et Canari aux mystérieux galets gris.
Le Cap Corse est aussi une perpétuelle succession de myrte, de ciste, de bruyère, d'arbousiers ainsi que de terres arables qui portent encore la trace des cultures de cédrat qui rendirent célèbre dans le monde entier la boisson alcoolisée de cette région.

 

 

LA CASINCA, CASTAGNICCIA, COSTA VERDE

 

A 20 km de Bastia, la Casinca blottie au milieu des bois offre aux voyageurs un point de vue exceptionnel sur les îles Toscanes et les plages de sables fins de la côte orientale. Cette petite région abrite une identité forte et de beaux villages, écrins d'églises anciennes que l'on se perdra à visiter au détour d'une place.
Les villages majestueux de la Castagniccia, enserrés dans leur écrin vert, ont vu se tenir les " consultes ", assemblées des représentants du peuple, venues des quatre coins de Corse pour en 1735 élaborer la 1ère constitution écrite des temps modernes.
La Castagniccia, pays du châtaignier, est également le paradis du tourisme vert où les visiteurs pourront déguster les charcuteries typiques qui fleurent bon le maquis.
La Costa Verde quant à elle, affichant fièrement la plus grande proximité mer-montagne de la côte Est, représente un modèle de développement touristique où se côtoient dans un site harmonieux, un patrimoine culturel riche (musée, cathédrale, églises, couvent...) et un patrimoine touristique varié (port de plaisance, hôtels, commerces,...).

 

 

LE CENTRE

 

Autour de Corte, capitale historique, vallées et massifs montagneux portent la marque d'une forte identité.
Comme les sommets qui l'entourent, cette ville est une forteresse avec sa citadelle, ses remparts, ses rues pavées. Elle a aussi retrouvé son visage universitaire perdu depuis Pascal Paoli, " le père de la patrie ", et abrite aussi le musée de la Corse.
Des grandes voies de communication aux plus modestes chemins en passant par les parcours de grandes randonnées (GR 20), c'est une région qui ne se donne qu'à l'effort de ceux qui voudront la découvrir avec passion.
Du Monte Cinto qui culmine à 2 710 mètres, des hauts plateaux du Niolu et du Boziu, aux vallées de l'Asco et de la Resonica, la haute montagne offre de magnifiques promenades dans des sites grandioses et austères où la montagne plonge dans des lacs d'altitude, perles bleues dans un écrin de verdure.

 

 

LA COSTA SERENA

 

De nombreux sites antiques attestent de l'occupation et de la puissance historique de cette côte. Fondée en 56 avant J-C, Aleria garde les vestiges des Perses, des Carthaginois, des Etrusques et des Romains qui, tour à tour, l'on conquise (Fort de Matra, Musée d'Aléria...).
La Costa Serena est également une immense plage de sable fin, coupée de vastes étangs parmi les plus grand de France dont, Diana et Urbinu, renommés depuis l'antiquité pour la culture des moules et des huîtres, et qui demeurent d'exceptionnels espaces de flore et de faune jalousement préservés.
A mi-pente, sur le versant Est du massif, les villages dominent la plaine, fixés sur leur promontoire ou sagement étalés au soleil.
L'intérieur offre un attrait touristique certain toute l'année : le ski, la randonnée, le canyoning...
La Costa Serena vit depuis 30 ans une véritable renaissance avec le tourisme et l'agriculture.
C'est le pays des fortes chaleurs estivales mais aussi de la fraîcheur reposante du coteau.

 

 

LE GRAND BASTIA

 

A l'image de Gènes qui l'a fondée au XVème siècle, Bastia s'étire entre mer et montagne. L'empreinte du passé transparaît d'ailleurs dans la couleur baroque des immeubles, regroupés autour du vieux port, de la place du marché ou à l'intérieur des remparts de la citadelle, dans l'élégance discrète des petites places et des ruelles escarpées qui toutes convergent vers la place Saint Nicolas ouverte sur la Méditerranée.
Au sud de Bastia s'étire " le lido de la Marana " et l'étang de Chiurlinu classé en réserve naturelle qui constitue une zone d'intérêt écologique, sur 4 communes. Furiani abrite les exploits du SCB, le mythique club de football ; Biguglia, est l'ancienne capitale de la Corse ; Borgo, perchée sur sa colline permet aux visiteurs d'entrevoir une plage de sable blond qui s'étire à l'infini ; jusqu'à Lucciana où l'on trouve la cathédrale romane de la Canonica et ses vestiges archéologiques.

 

 

LE NEBBIU, CONCA D'ORU, OSTRICONI

 

Bien enserrés entre les montagnes et la mer, les plages et coteaux du Nebbiu et de la Conca d'Oro sont une des micro-régions des plus attrayantes de la Haute-Corse. Terre fabuleuse, largement ouverte sur la mer, la Conca d'Oro a très tôt fixé les hommes comme en témoignent les menhirs et les églises romanes. Sa cité phare et pittoresque, Saint-Florent, est devenue avec le temps une véritable station balnéaire qui offre authenticité et modernité.
Bien abritée sous une chaîne de sommets qui la défendent des vents, cette région est le domaine privilégié du vignoble, certainement le plus prestigieux de Corse, autour du village de Patrimonio.
En sentinelle sur les hauteurs, les villages du Haut Nebbio, avec leur bâti majestueux et leur témoignage d'une longue histoire, surplombent une vallée riche qui mérite votre visite, et un littoral protégé qui s'ouvre sur des plages de sable blanc et d'eau turquoise : Saleccia, Malfacu...
En arrière plan se dessine un site d'exception : la vallée de l'Ostriconi. Le paradis des vacanciers pourrait s'appeler Lama, village médiéval et culturel, dans un temple de verdure aux oliviers centenaires qui déborde sur des dunes immaculées et des côtes sauvages.